Renaissance de l'orgue de salon "Philippe Emmanuel" du maître André Marchal (1894 - 1980)
  "Philippe-Emmanuel" l'orgue d'André Marchal
 

    
-------------------------------------------------------
L'orgue "Philippe-Emmanuel"
d'André Marchal
-------------------------------------------------------


André Marchal avait fait installer, en 1920, dans son appartement du 22 de la rue Duroc à Paris, un orgue mécanique du facteur Gutschenritter (2 claviers, 8 jeux) où il accueillait ses élèves. Cet orgue de salon fut entièrement reconstruit (1953 – 1954) et porté à 3 claviers, 31 registres, par Victor Gonzalez selon les théories néo-classiques et sous la surveillance éclairée du maître.

                

Au regard de la profonde amitié qui unissait les deux hommes, de leur sensibilité commune recherchant à donner à l’orgue un maximum de qualités musicales sans soucis arché-ologiques, cet instrument est incontestablement un des maillons incontournables permettant de mesurer et de comprendre cette esthétique néo-classique. 

        Même si il ne possède pas aujourd’hui le titre de Monument Historique, les véritables musiciens savent qu’il doit être sauvé, restauré, mais sans en altérer en aucune manière les qualités sonores voulues par André Marchal. C’est dans cette logique que s’inscrit la démarche de l’Association. C’est d’ailleurs la Manufacture Languedocienne de Lodève, fondée par Georges Danion et Annick Danion-Gonzalez, aujourd’hui dirigée par Charles Sarelot, qui assurera la restauration de l’instrument, notamment celle de la tuyauterie et son égalisation dans l’esthétique de référence.
---------------------------------------------

Composition de l'instrument : 

1er clavier  Positif (56 notes) : Bourdon 8 – Flûte conique 4 – Quarte de Nazard 2 – Nazard 2 2/3 – Tierce 1 3/5 – Piccolo 1 – Cromorne 8.

2ème clavierGrand-Orgue (56 notes expressif) : Montre 8 (hors boîte) Flûte à fuseau 8 – Prestant 4 – Doublette 2 – Plein jeu III – Ranquette 16 (emprunt pédale).

3ème clavierRécit (56 notes expressif) : Quintaton 8 – Dulciane 8 – Voix céleste 8 – Principal 4 – Doublette 2 – Tierce 1 3/5 – Cymbale II – Trompette 8.

Pédale (32 notes) : Soubasse acoustique 32 – Soubasse 16 – Bourdon 8 – Flûte 4 (extensions) – Ranquette 16 – Chalumeau 4 (extension) – Trompette 8 (Récit) – Clairon 4 (Récit)

Combinaisons : Tirasses en 8 et 4 : Pos. – G.O. – Réc. - Acc. Pos / G.O.  en 16 et 8 – Acc. Réc / G.O.en 16 et 8 – Acc. Réc / Pos. -  Octave aigue Réc. - Expression G.O.  et Réc.

-----------------------------------------



Rue Duroc : les instruments
(Sources : En guise d’exorde, Cahiers et Mémoires de l’Orgue 1987 – II n° 38)

 

Rue Duroc, nous trouvions d'abord le maître, mais aussi ses instruments. Les premiers à nous accueillir sont ceux qui font tintinnabuler sonneries, clochettes et timbres variés : car la passion de l'horloge, de la montre à répétition, de la pendulette de voyage, anime le propriétaire. Et comme il était fier de sortir de son gousset, ses premières montres chantantes, lui fournissant l'heure à tout moment! Les "ding-ding" constituent son ambiance privilégiée. Vient ensuite le piano, le beau Pleyel du salon, sur lequel il aime jouer Schumann, Chopin, Fauré, notamment, de ce dernier, le 6e Nocturne, de l'avant-dernier, les Études en mi bémol et fa dièse; un piano dont le médium chante à son gré, avec des basses moelleuses, des dessus sans agressivité : un instrument sur lequel Amédée de Montrichard s'amuse à imiter l'opéra-bouffe du Sire de Vergy (Ter­rasse), sur lequel - soyons sérieux - l'ami Gaston Régulier vient interpréter les Baigneuses au soleil de Séverac. Sans oublier un piano à rouleaux et son réper­toire classique, dont se divertissait le maître de céans. Mais à l'orgue, vont les prédilections du locataire de la rue Duroc : un Gutschenritter de huit jeux qui a pris sa place dès 1920, et que le vieux père Joseph Gutschenritter et son fils Gaston entretiennent avec amour. Orgue de travail, orgue d'étude, orgue accompagnateur, l'instrument se prête à toute fonction. Le maître s'y fait entendre à ses amis, lorsque ceux-ci, toutes portes ouvertes, se tassent dans le salon, couloir et salle à manger. De temps à autre, un groupe d'élèves, particu­lièrement entraînés, se voient appelés à l'honneur - mais avec quelle crainte, voire quel trac! - de donner aux parents, aux intimes, aux amis, des preuves audibles du travail qu'ils ont effectué. Que d'anxiétés, que d'émotions pour ces apprentis qui, du simple débutant au premier prix du Conservatoire le plus che­vronné, viennent ainsi rendre hommage à leur professeur!

Mais l'orgue ne restera pas toujours le même. On l'agrandira. Les projets suc­cèdent aux projets. La rencontre du facteur Gonzalez permet de franchir un cap nouveau. Tel que nous l'avons connu, joué, aimé, l'orgue Gutschenritter se trouve absorbé dans une nouvelle composition qui tient compte de l'esthétique du maître, orientée par la découverte du classicisme français, l'amour des piè­ces anciennes, l'intérêt porté aux timbres d'autrefois.

Mais avant de faire disparaître le mur qui sépare le salon du studio et qui permettra au nouvel orgue de sonner dans un plus vaste local, jetons un dernier regard vers le troisième instrument entré rue Duroc : un grand clavecin 16 pieds Pleyel, qu'un ami a entreposé quelque temps chez le maître pendant la guerre. Pour André Marchal, c'est une aubaine : découvrir les sonorités, les possibilités du nouvel arrivant, à travers Bach, Couperin, Rameau; faire alterner leçons d'orgue et de clavecin, l'expérience semble profitable, si l'on songe que tout organiste se doublait hier d'un claveciniste, et que la technique des deux instruments relève, somme toute, d'une même logique. Nous avions tous à y apprendre!
                                                                                        Norbert Dufourcq
---------------------------------------------

Enregistrements effectués par André Marchal 
sur son orgue personnel  

                                   

* Bach : Toccata Adagio et fugue en ut majeur, Zodiac LP335.

* Bach : Orgelbüchlein : les chorals de la série de Noël sauf les  n°1 à 4 et le 15, Zodiac LP335.

* Demonstration of the studio organ at 22 rue Duroc, Zodiac  LP 334. (Commentaires en Français et en Anglais)

* Récital Bach et démonstration de l'orgue d'André Marchal, Paris 1956 Arbiter 111, 1998, ABM 100, CD distibué par Abeille, Musique Direct , 13 rue du Mail, 75002 Paris.

--------------------------------------------- 
        

 
  Aujourd'hui sont déjà 3 visiteurs (5 hits) Ici!  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=